Webinaire Logistique urbaine n°3 le 30/04 à 14:00

À l’occasion du 3ᵉ webinaire de son cycle sur la logistique urbaine, l’ORT&L propose de s’intéresser aux enjeux de qualité de l’air liés aux livraisons en ville, alors que de plus en plus d’agglomérations sont concernées par la mise en place de ZFE.

L’ORT&L Grand Est propose, en ce début 2021, un rendez-vous mensuel au travers d’un cycle de webinaires sur la logistique urbaine. Chaque mois, un aspect des enjeux autour des livraisons en ville est abordé au travers de témoignages d’experts et d’acteurs du sujet.

Après un premier webinaire introduisant les enjeux généraux de la logistique urbaine et présentant le programme InTerLUD et un 2ᵉ webinaire s’intéressant au rôle que le transport fluvial peut jouer dans la desserte des derniers kilomètres en zone urbaine, le webinaire du 30 avril 2021 s’intéresse aux questions de qualité de l’air.

La prise de conscience politique et citoyenne autour de l’importance de garantir un air sain – en particulier, en ville – amène au développement de mesures visant à limiter la circulation des véhicules les plus polluants. C’est notamment l’objet de la mise en place de zones à faibles émissions (ZFE) qui concerne et va concerner de plus en plus d’agglomérations. Tout comme les déplacements des personnes et les autres sources de pollution de l’air, les livraisons en ville ont une part à prendre dans l’amélioration de la qualité de l’air en ville.

Ce webinaire présente les enjeux sanitaires posés par les différents polluants atmosphériques et précise le cadre réglementaire autour de la mise en œuvre de ZFE mais aussi de circulations différenciées.

Vidéo

En résumé

Clément Meirone, ingénieur d’études à ATMO Grand Est (association habilitée par l’État pour surveiller la qualité de l’air dans la région), est intervenu pour expliquer, chiffres à l’appui, en quoi la qualité de l’air représente un enjeu de santé publique important à l’échelle du Grand Est et de ses principales agglomérations. La pollution de l’air constituerait aujourd’hui la 2e source de mortalité en France. Parmi les principaux polluants de l’air au niveau local, on peut citer les oxydes d’azote, l’ozone et les « particules fines » de natures et de tailles variées. En Grand Est, passer sous les seuils de l’OMS pour la présence de particules fines dans l’air pourrait permettre d’éviter environ 2 000 décès par an. Les transports routiers (individuels, collectifs ou de marchandises) représentent 27 % des émissions de gaz à effet de serre en Grand Est. Au contraire d’autres secteurs, cette part a eu tendance à augmenter. Les émissions de polluants ont, elles, fortement diminué, mais restent encore élevées. Les poids lourds représentent 24 % des émissions de NOx et les véhicules utilitaires 28 %.

Guillaume Gauby et Damien Hartmann, en charge des politiques liées à la qualité de l’air à la DREAL Grand Est, sont intervenus pour présenter les dispositifs de circulation différenciée et de zones à faibles émissions (ZFE). En interdisant, via les vignettes Crit’air, aux catégories de véhicules les plus polluants de circuler, ils permettent de réduire le niveau de pollution. Si la circulation différenciée constitue un dispositif mis en œuvre uniquement les jours où la qualité de l’air n’est pas bonne, les ZFE s’appliquent tout au long de l’année pour les territoires concernés. La loi impose aux zones où les enjeux de qualité de l’air sont particulièrement forts de mettre en place une ZFE. Les modalités précises de mise en œuvre restent cependant décidées et adaptées au niveau local par les communes et les agglomérations.

Ces restrictions de circulation constituent des contraintes pour les acteurs de la livraison en ville, mais elles représentent aussi une opportunité pour repenser les derniers kilomètres en ayant recours à des véhicules plus propres voire en réorganisant les flux pour développer les mutualisations et les alternatives aux classiques camionnettes de livraison. Pour accompagner les acteurs économiques dans ces changements de flottes voire de modèle, des aides existent au niveau national mais aussi, plus spécifiquement, au niveau des territoires où les enjeux de qualité de l’air sont particulièrement forts.

Suite à ces interventions, plusieurs questions ont été posées par les participants. Parmi celles-ci : Quels moyens de contrôle des restrictions de circulation à la fois automatisés et respectant la vie privée des usagers de la route ? Pourquoi des restrictions différentes d’une agglomération à une autre ? Quelles données chiffrées sur les effets d’une ZFE concernant les livraisons ? Quelle concertation avec les professionnels ? Rendez-vous dans la vidéo pour les réponses.